La fuite en Suisse

Les Juifs à la frontière franco-suisse durant les années de la "Solution finale"

Par Ruth Fivaz-Silbermann

Préface de Serge Klarsfeld

Essai historique: 1456 pages

Aux éditions Calmman-Levy

 

                                             Prix: 35€

Précommande chez Decitre

À l’été 1942 « la Solution finale de la question juive » est déclenchée aux Pays Bas, en Belgique et en France Des milliers de Juifs prennent la fuite en direction de la Suisse, à travers la zone occupée ou la zone libre Beaucoup sont arrêtés pendant leur voyage et déportés Certains atteignent néanmoins la frontière helvétique.
La Suisse, attachée à sa politique d’immigration ultra restrictive à tonalité antisémite, se voit acculée à l’adoption de mesures d’urgence elle entrouvre ses portes à certaines catégories de fugitifs Mais son attitude, chaotique et peu lisible, reflète des tensions internes Plus de 12 500 Juifs venus de ou à travers la France sont accueillis Près de 3 000 sont refoulés et abandonnés à leur sort tous, cependant, ne périront pas en déportation
Cet ouvrage est le premier à s’appuyer sur les archives conservées de part et d’autre de la frontière dossiers helvétiques des réfugiés, dossiers préfectoraux français, archives des organisations d’entraide et sources mémorielles Il retrace ce périlleux voyage vers la Suisse, qui perdure jusqu’à la Libération, malgré les régimes changeants des territoires traversés et, au bout, l’inconnu de l’accueil ou du refoulement Il dessine aussi les profils des acteurs qui se croisent alors les Juifs qui se décident pour la fuite les exécutants et collaborateurs de la politique d’extermination les responsables suisses à la ligne politique (hélas fluctuante Il fait
revivre enfin les réseaux, payants ou bénévoles, de passeurs, que viennent peu à peu renforcer les solides réseaux de la résistance juive, pour qui la Suisse devient un outil de la panoplie de
sauvetage.
--------------------------------------

Ruth Fivaz Silbermann est docteure ès lettres (histoire contemporaine) de l’université de Genève.
Chargée d’enseignement à la faculté de traduction et d’interprétation de Genève et assistante de recherche au Fonds national suisse de la recherche scientifique, elle est historienne indépendante depuis 2011 Spécialiste du refuge des Juifs en Suisse pendant la Seconde Guerre mondiale, elle a publié plus de vingt articles sur ce thème.